Les milieux aquatiques

Restaurer et entretenir l’espace rivière

Exemple d’action en cours : programme pluriannuel d’entretien et de valorisation du Né et des ses affluents

L’entretien de nos rivières

           Restaurer puis entretenir régulièrement les abords et le lit des cours d’eau d’une manière raisonnée et professionnelle permet d’éviter à la collectivité d’aboutir à des interventions lourdes et coûteuses trop souvent réalisées au détriment du milieu naturel. L’absence de suivi entraîne inéluctablement la dégradation du cours d’eau, de ses berges et abouti à long terme à la destruction de son écosystème. 57-apres

Un cours d’eau trop obstrué par la végatation, des ouvrages (ponts, gués, glapets ou vannes) privés ou publics mal conçus et/ou mal gérés, peuvent entrainer des risques d’inondations pour les populations riveraines.

C’est pourquoi, le SIAH du bassin du Né a engagé une politique d’entretien visant à minimiser ce type de menace sur le Né et ses affluents. Elle ne peut pas se réaliser sans l’implication et le partenariat des propriétaires riverains, des acteurs locaux.

Les objectifs et les enjeux de ce programme de travaux

La collectivité s’est orientée vers un entretien plus en phase avec l’environnement, moins agressif pour le milieu et à terme moins coûteux pour les administrés.

Le but est de procéder à un entretien annuel du lit et des berges des cours d’eau afin de pérenniser les actions et les efforts menés ces dernières années.

De plus, le SIAH tient à conserver le patrimoine naturel en état satisfaisant et les différents usages, conformément aux prérogatives du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (SDAGE) du bassin Adour Garonne et de la Directive Cadre Européenne (DCE).

Ces travaux ont fait l’objet de différentes procédures réglementaires dont des Déclarations d’Intérêt Générale (DIG).

Les syndicats de rivières ont un rôle majeur à jouer dans le domaine hydraulique et doivent montrer l’exemple dans la gestion des rivières et de leurs annexes aquatiques ( zones humides, frayères à brochets, bras secondaires…)

 

Les actions sur l’ensemble du réseau hydraulique permettront de:

Gérer ponctuellement des dysfonctionnements hydrauliques rencontrés :

   • entretenir la section d’écoulement des eaux (gestion de la végétation rivulaire ou ripisylve, des embâcles et griffage de certains atterrissements);

• stabiliser certaines berges (pour éviter des déperditions d’eau, des contournements d’ouvrages, des pertes de voies de communication en liaison avec la rivière et des destabilisations de bâti) par diverses techniques (plantations avec convention, génie végétal…) ;

• entretenir les ouvrages de répartition des eaux (pour assurer leur pérénnité, leur accès et leur gestion) ;

• limiter l’expansion des plantes envahissantes (jussie, rénouée du japon…) et des animaux nuisibles (ragondins, écrevisses américaines…).

photo4

photo3

 

Restaurer les qualités environnementales des rivières :

    • préserver la qualité de l’eau (objectif prioritaire pour notre bassin)

• améliorer la gestion quantitative de l’eau (lutte contre les inondations, maintien des zones humides, alimentation des nappes, soutien des étiages, limitation des assecs…) ;

• assurer le maintien des habitats et des espèces animales et végétales y compris les espèces d’intérêt patrimonial du site Natura 2000 ;

• diversifier les écoulements des eaux et les habitats aquatiques par des aménagements pontuels (déflecteurs, microseuils, risbermes, épis…) ;

• améliorer la continuité écologique (libre circulation des espèces aquatiques et des sédiments) par des aménagements adaptés (passes à poissons, bras de contournement, gestion des ouvrages) ;

• assurer les usages liés à l’eau ;

• participer au partage de la ressource entre les usages liés à l’eau.

photo2