Le Ruiné

Le Ruiné est un affluent rive droite du Né, long d’environ 6km, il traverse les communes de Côteaux du Blanzacais et Val de Vignes.

Sur la portion amont, la largeur du lit ne dépasse pas 50cm. Le manque de sinuosité accentue le creusement du lit jusqu’à 1 mètre par endroit. La hauteur d’eau d’environ 5cm en moyenne apporte un débit d’environ 2 litres par secondes, bien aidé par l’apport de petite source présente le long du cours. Il est à noter que la portion aval du tronçon est perchée et composée de plusieurs ponts buses ainsi que d’un étang.

 

 

 

 

Le substrat est essentiellement composé de sables et de graviers, accompagné par une végétation composé de quelques hélophytes. La ripisylve est quasi inexistante sur ce tronçon ou seulement quelques alignements de peupliers apportent de l’ombrage.

 

 

 

 

Dans la vallée comme sur le versant, les grandes cultures céréalières dominent. Nous pouvons apercevoir en pointe de versant quelques boisements éparses ainsi que de la vigne.


La partie médiane se découpe en deux tronçons, le premier se compose d’une végétation plutôt dense et diversifiée avec un substrat varié allant de la marne aux gros galets. On note une forte présence de prèles, branchages immergés, litières organiques ainsi que quelques sous berges.

 

 

 

 

La largeur du lit est d’environ 1 mètre, les berges varient entre 0.50 et 1 mètre de hauteur pour environ 5cm d’eau. Le débit, environ 5 litres par seconde, augmente légèrement dût aux sources présentes sur la portion amont.

 

 

 

 

La source des Pommeret, petit affluent d’environ 400 mètres vient rejoindre le Ruiné sur cette portion.

 

 

 

 

La vallée et le versant sont essentiellement cultivés en maïs.


Le second tronçon médian affiche un nouveau visage. le lit s’élargit, la hauteur d’eau et le débit augmentent.

 

 

 

 

Le lit est perché sur une portion d’environ 500 mètres avec la présence d’un étang, ce qui explique certaines hauteurs de berges importantes.

 

 

 

 

On notera la présence d’Iris au niveau du lit, d’une végétation dense et la présence de roncier. Les grandes cultures sont toujours dominantes, néanmoins, on peut apercevoir les premières prairies dans la vallée.

 

 

 

 


Le tronçon aval reste très marqué par la pression agricole, absence totale de végétation sur les bords et culture de tournesol et d’orge sur les deux rives. Seule la présence d’une peupleraie juste avant la connexion avec le Né, fait office de végétation.

 

 

 

 

Le débit est inférieur à 10 litres par seconde, la largeur du lit est d’environ 1.20 mètre.

Autre point négatif pour cette portion, le pont qui traverse la D129 possède une chute en aval de plus de 50cm, rendant presque impossible la migration pour toutes espèces de poissons.