Milieux aquatiques

Diagnostic des activités piscicoles et des milieux aquatiques

Pour intervenir efficacement et durablement, il faut tenir compte des pressions que font subir les autres usages de l’eau sur les milieux aquatiques et les activités piscicoles et des conséquences induites par ces activités.

Le constat de l’état des lieux a mis en évidence:

Les aménagements

Présence de caches grâce à l’entretien de la rivière.

 

Ouvrages infranchissables et cloisonnant la rivière qui ne permettent pas la migration des espèces et des sédiments (sauf en période de crue).

Manque d’eau compromettant la vie aquatique, qui a besoin, d’un minimum de débit et d’eau circulante en période de sécheresse.

L’état des eaux

 La présence de matières actives selon les pêcheurs n’atteint pas l’état sanitaire des espèces.
 

Colmatage des fonds sur certaines portions amélioré par l’entretien de la ripisylve et la gestion des ouvrages.

Présence de paramètres (nutriments, matière organique et température) favorisant l’eutrophisation et donc le manque d’oxygène.

 

L’accessibilité au domaine privé

Les interventions du SIAH sur les cours d’eau se font sur le domaine privé sans conflit notable. Les agents et    les entreprises mandatées par le SIAH respectent les biens.

  Des passages sur les bandes enherbées sont régulièrement remarqués,  ils sont la conséquence de passages excessifs de personnes voulant  approcher la rivière avec des engins motorisés.
 Présence de déchets divers (plastiques, ferrailles, bouteilles en verre,…), détérioration des jeunes pousses ou  plants par les pêcheurs.

Les discussions sur l’état des lieux et le diagnostic ont mis en évidence l’importance de la préservation ou de la restauration des habitats où pourront se nourrir, se reproduire, se cacher des espèces locales. Ce type d’intervention et à privilégier par rapport à des aménagements lourds. Les baux de pêche peuvent être repris par les AAPPMA et les fédérations si elles interviennent sur le domaine privé mais le souhait est que les propriétaires cèdent leurs baux ou permettent l’accès à la rivière par intérêt à la pêche et aux milieux aquatiques. Il ne faut pas ignorer les affluents et le chevelu au profit du cours principal du Né. Il est souhaité que des frayères soient restaurées. Des actions simples et ponctuelles sont voulues pour ne pas surcharger le milieu.